Willwéa : séquence complète

Willwéa : séquence complète

En janvier dernier je vous présentais mon nouveau projet de simulation globale :Voici la simulation globale définie par son créateur, Francis Debyser du BELC (Bureau d’Etudes des Langues et des Cultures), qui initia le principe en 1986 avec l’Immeuble :
« Une simulation globale est un protocole ou un scénario cadre qui permet à un groupe d’apprenants (…) de créer un univers de référence, un immeuble, un village, une île, un cirque, de l’animer de personnages en interaction et d’y simuler toutes les fonctions du langage que ce cadre, qui est à la fois un lieu thème de référence et un univers de discours, est susceptible de requérir. »

La simulation globale est à l’origine utilisée pour l’enseignement du FLE (Français Langue Étrangère). Les apprenants prennent une identité fictive et « jouent » le rôle qui est le leur lors de situations langagières. (plus de détails sur ce dispositif dans cet article)

J’aime beaucoup ce dispositif car les élèves, grâce au rôle qu’ils tiennent, osent sortir des sentiers battus et laissent plus facilement libre court à leur imagination.

Une simulation globale ça n’est donc pas un thème de classe mais un projet disciplinaire (majoritairement sur le français) qui permet aux élèves de produire de l’écrit et de l’oral.

Dans mon premier article sur Willwéa, j’ai détaillé le contexte de la création de cette école de magie (la 5ème du monde magique, aux côtés de Poudlard et des autres, si si je vous assure !), l’utilisation d’une monnaie propre à la classe et les activités prévues.

Voici sous forme de carte mentale les liens qui seront faits entre les différentes disciplines :

(pour télécharger le document, cliquer sur l’image)

J’ai presque pu mener tout ce que j’avais prévu, mais comme d’habitude, j’ai plus d’idées que de temps !

L’aventure a commencé en décembre, juste avant les vacances. Lors d’une séance de lecture, les élèves ont trouvé dans un vieux grimoire une mystérieuse clé USB, et sur cette clé un message vidéo d’Elendil Tulgudis, directeur de Willwéa. Il les a mis à l’épreuve à travers un escape game qui leur a permis de gagner leur ticket d’entrée dans l’école de magie. Tous les détails sont disponibles dans l’article consacré.

A la fin de l’escape game, une lettre d’admission leur est remise, ainsi qu’un badge et un parchemin qui leur donne la mission de venir à la rentrée avec une baguette magique. Autant vous dire qu’ils étaient ravis de pouvoir fabriquer ça et la ramener à l’école !

Pendant les vacances, j’ai décoré une partie de la classe aux couleurs de Willwéa : un blason de l’école (créé sur Publisher avec différents éléments graphiques), une boutique « le bazar du Dragonlion » dans laquelle ils pourraient faire leurs achats, un choipeau magique (chapeau de sorcière recouvert de sacs de Carrefour drive et bombé légèrement en doré puis maquillé pour faire des yeux et une bouche), des pots à l’effigie des 4 maisons de sorciers et quelques affichages (blasons des autres écoles de magie, valeurs de notre monnaie, portraits des sorciers célèbres de Willwéa …).

En parallèle, j’ai conçu les différentes étapes qui allaient constituer les apprentissages de ce projet. Ils sont principalement liés au français, en tous cas j’ai essayé d’en mettre à chaque fois !

Voici en un coup d’œil les 10 étapes du projet :

Tout cela nous a donc occupés de janvier à juillet, la chasse au trésor ayant eu lieu le jour des grandes vacances.

Dans mon emploi du temps, j’ai réservé des créneaux pour la simulation globale, surtout au début pour lancer l’activité. Ensuite, une fois la création lancée, les élèves ont pu progresser sur leur travail en autonomie. J’ai essayé de favoriser des usages numériques et les élèves sont donc maintenant tous à l’aise avec la création d’un document en ligne avec texte et image, certains sont allés plus loin, ils réussissent à enregistrer leur travail, à le renommer, à le partager.

Voici la trame des séances détaillée avec les compétences travaillées :

(pour télécharger le document, cliquer sur l’image)

 

Pour accompagner chaque séance, j’ai utilisé un paperboard qui me servait à illustrer les étapes et à fournir des indications quant à la réalisation de la mission.

(télécharger la version pdf en cliquant sur l’image)

1) La rentrée des apprentis sorciers

Cette étape est toujours au début de l’aventure car il s’agit de la création des identités.

Dans l’aventure, je ne suis plus la maitresse mais le professeur Elzedius, spécialité : potions magiques !

Je me suis donc présentée et je leur ai montré ma carte d’identité. A leur tour ils ont dû chercher qui ils allaient être, et trouver les informations demandées dans la carte.

J’avais mis quelques éléments en anglais pour revoir des choses assez simples vues en début d’année, ils ont cherché une date de naissance cohérente entre tous : être nés la même année pour entrer tous en 1ère année à Willwéa (hop un peu de maths !), et bien sûr trouver une photo, donc travail sur le droit à l’image et les images libres de droit, c’est important !

Nous avons utilisé Qwant Junior et les filtres de recherche de la sections Images.

Les cartes étaient à faire numériquement, donc là ils ont appris à créer une zone de texte, choisir la mise en forme, ajouter une image et renommer le document. Pour le côté réel du jeu, les cartes ont été imprimées par la suite.

1 bis ) La cérémonie du Choipeau

Comme dans Harry Potter, les élèves étaient répartis en maisons. Pour moi, ces maisons allaient me permettre d’avoir des groupes hétérogènes dans lesquels les élèves allaient pouvoir s’entre-aider. J’ai donc choisi qui allait aller où, mais ça ils ne le savaient pas !

J’ai réussi à bidouiller sur Active Inspire un système pour que quelque soit l’élève qui allait passer, je puisse choisir ce que le choipeau allait dire.

Je m’explique : dans le paperboard partagé plus haut, il y a une page d’illustration avec un choipeau, celle ci je l’ai affichée et j’ai freezé le TNI. La page suivante c’est mon interface de choix. J’ai enregistré en audio les noms des 4 maisons et des débuts de phrases différentes (Oh oh, je vois… hum tu seras chez….) et donc je n’avais qu’à cliquer sur un début de phrase puis le nom de la bonne maison.
J’ai envoyé un premier élève, puis chacun choisissait à qui passer le choipeau, de ce fait, ils ont bien cru que je ne pouvais pas tricher !

2) La liste de fournitures

Cette séance mêlait production d’écrits et arts. Je leur ai donné un cahier des charges qui précisait mes attentes et après ils ont créé librement. Mon objectif était de retravailler le groupe nominal et les expansions du nom.

3) Révèle tes pouvoirs !

Dans cette étape, j’ai voulu mettre en avant les habiletés des élèves en utilisant les intelligences multiples.
J’avais prévu de les utiliser par la suite, mais je me suis rendue compte que je manque encore trop de connaissances sur le sujet.
Je me suis donc contentée d’utiliser un test de positionnement, c’est toujours utile de savoir où on est le plus « performant » et de voir aussi ce que l’on peut travailler. Couplé à cela, sous la forme d’un graphique araignée, je leur ai proposé de s’évaluer à partir d’adjectifs. C’était intéressant de voir leur positionnement et les échanges vécus entre les membres d’une même maison. Ils ont plutôt été bienveillants entre eux.

Suite à cela, ils devaient rédiger une phrase ou un texte pour mettre en valeur leurs points forts.

4) Le balai magique

Étape assez rapide qui m’a permis de valider (ou non..) l’utilisation du futur.
Les élèves devaient créer une phrase à la suite de « Quand je saurai voler… », puis pour la présentation réaliser un avion en origami (je les laisse chercher comment faire).

Des résultats plutôt sympas !

5) La maquette de Willwéa

Ça c’était un gros défi que je m’étais lancée : réaliser une maquette en impression 3D !

Autant vous le dire tout de suite, ça n’a pas abouti, mais on y était presque ! J’ai proposé aux élèves de réfléchir à quoi ressemblait l’école de magie, ils ont tous fait des dessins, ensuite nous avons compilé les idées des uns et des autres pour arriver à une œuvre architecturale collective !

Mes élèves les plus à l’aise en modélisation 3D se sont lancés sur le logiciel Tinkercad, qui s’est révélé être la solution la plus simple en fait (essayez vous verrez !).

Les autres ont essayé de monter ça en papier et carton, mais clairement c’était très long et il ne nous est pas resté beaucoup de temps (j’avais lancé ce travail puis mis en pause et repris en fin d’année).

Comme je garde certains élèves à la rentrée, nous finirons et imprimerons quand même cette œuvre !

6) Rencontres

Un des moments préférés dans cette aventure, parce qu’il est magique, c’est la création sur fond vert grâce à l’application Green Screen. Les élèves ont écrit un dialogue par binôme et ont joué et filmé la scène sur un fond vert. Cela leur a permis de se téléporter dans un décor digne des plus belles écoles de magie !

7) Les créatures fantastiques

En lecture, nous avons travaillé avec les « cours de soin aux créatures magiques » de Mallory, et j’en profite pour la remercier pour tout son travail sur la classe Harry Potter qui a su me donner envie (et je ne dois pas être la seule) de mettre en place tout ça en classe, sous une autre version mais toujours dans cet univers si envoutant !

Suite à cela, je leur ai demandé de créer 2 créatures fantastiques qui seraient composées de 3 animaux différents, par exemple : ailes d’oiseau tonnerre, queue de lézard et corps de licorne. La fiche devait être numérique mais le dessin manuscrit. Un court texte descriptif devait y figurer.

8) Mon patronus

Ce travail a été très apprécié des élèves, et de la maitresse ! Il s’agissait de mêler l’art aux mathématiques à partir du travail de l’artiste Kerby Rosanes. L’idée de la séance provient de la méthode heuristique de mathématiques.

Les élèves devaient choisir leur Patronus, esprit protecteur du sorcier, parmi une sélection de dessins d’animaux, puis créer leur Patronus en empruntant la technique de Kerby Rosanes.

9) L’avenir dans les tasses de thé

Ou comment rajouter une étape qui n’était pas prévue ! Il y a quelques semaines maintenant j’ai découvert  grâce à une collègue sur Twitter (Marie Bernadac, merci encore !) une réalisation d’un enseignant américain qui faisait apparaitre dans une tasse de thé une image paradisiaque.

Comme mes élèves savaient déjà utiliser un fond vert, je me suis dit que ça serait un chouette défi à leur proposer.
Je leur ai donc montré la vidéo et les ai laissés chercher comment faire, par maisons de sorciers.

Le fond vert est créé avec de l’encre verte que l’on vient injecter avec une pipette dans l’eau. L’image a été choisie dans l’application Green Screen pour s’incruster dès que le fond est vert.
Résultat magique non ?!

10) A la recherche de la recette ancestrale de la Bièraubeurre

Pour clôturer cette aventure (oui il faut y mettre fin un jour !), j’ai annoncé aux élèves le dernier jour (en tant que professeur Elzedius bien sûr !) qu’on avait besoin d’eux avant qu’ils  ne passent en 2ème année pour retrouver la recette ancestrale de la Bièraubeurre, qui avait mystérieusement disparu.

Cette boisson étant LA boisson des sorciers, ils se sont mis en quête de la retrouver.

Evidément, je ne leur ai pas fait une recette avec de la bière vous vous doutez bien ! J’ai fait une variante version smoothie banane mangue et chantilly, visuellement ça le faisait !!

Un très chouette moment, où toutes les maisons on coopérer pour aller plus vite vers l’objectif commun.

Je partage les docs de cette chasse au trésor sucrée juste ici :

 

Concernant toutes ces missions, j’ai suivi les réussites et difficultés des élèves dans un doc excel avec des codes couleurs. Pas toujours simple de s’y tenir mais ça parle bien ensuite pour remplir les livrets ! A chaque mission ils recevaient une étiquette de couleur selon le degré de réussite.

Vous savez maintenant tout de cette folle aventure, qui a fait vivre de belles aventures à mes petits sorciers, et je sais qu’ils s’en souviendront un moment !

Dernier partage, les documents créés, je les mets les uns à la suite des autres, dans l’ordre de la séquence, à vous de piocher et modifier si besoin !

 

 

Et si l’envie vous prend de partir à l’aventure, n’hésitez pas à me contacter !

En attendant, je file déjà écrire les premières lignes de la Flix Academy…

8 réactions au sujet de « Willwéa : séquence complète »

  1. Quel travail impressionnant ! J’ai eu 10 ans des cm, mais là je suis depuis qqs temps en maternelle. J’aurais adoré un projet comme celui-ci ! Bravo !

    1. Merci ! J’ai une copine qui a adapté mon autre simulation globale (le grand voyage) à ses maternelles, et elle va bientôt le publier… Je relaierai !

  2. Un grand bravo pour cette simulation globale à l’envergure colossale ! Je trouve ta série d’articles aussi passionnante qu’éclairante ! Je te remercie de détailler autant tes façons de procéder mais aussi les enjeux, les ressources… J’ai tout lu avec attention et déjà le sentiment d’avoir beaucoup appris. Tu présentes de nombreux outils dans un projet qui fait sens. Lorsque j’achève la lecture de tes articles, je déborde toujours d’enthousiasme : MERCI pour toute la fraîcheur que tu dispenses à la fois sur ton blog et sur les réseaux sociaux !

    1. Merci beaucoup de ce retour si enthousiaste ! J’essaie de partager ce qui me passionne et à te lire c’est réussi 😉

  3. Je suis impressionnée par ton travail! Tout est top, bien pensé,
    bien ficelé. Et en plus tu gères en infographie ! Un jour j aimerai tenter l aventure mais pour le moment, je prépare un projet sur les émotions avec des CE1. Sachant que j aurai mon année rendez-vous de carrière, je vais me donner à fond! En tt cas merci pour ton partage et bonnes vacances

    1. Merci ! Je te souhaite un beau projet sur les émotions, et un jour peut être qu’on se croisera à Willwéa !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.